Objectif central : vous faire passer de à Si vous avez du temps et souhaitez comprendre la philosophie sous-jacente, lisez la partie 1 (au moins les schémas). Sinon, rendez-vous en partie 2 pour la mise en application.

Différence entre un bon et un mauvais chasseur réseau de messagerie instantanée

Je vais commencer par un parallèle avec le téléphone et les e-mails. Promis, ce n'est ni de la caricature, ni un hors-sujet : vous allez vite comprendre où je veux en venir.

Lorsque vous téléphonez à un contact, les choses se passent globalement comme montré dans l'exemple suivant : votre téléphone contacte votre opérateur ; celui-ci voit chez qui votre destinataire est abonné (lui-même ou un concurrent), et transmet la liaison. Et quand vous envoyez un e-mail, c'est pareil.

Imaginez un instant que les opérateurs décident d'empêcher les communications externes :

Ça laisserait trois solutions :

Normalement, maintenant, vous êtes d'accord avec l'affirmation suivante : Un réseau ouvert, c'est mieux qu'un réseau fermé.

Et pourtant, dans le domaine de la messagerie instantanée, voilà ce que l'on constate pour les principaux réseaux :

Conséquence directe : communiquer avec des clients de Microsoft, Facebook et Yahoo nécessite d'avoir un compte sur chacun de ces réseaux, alors que communiquer avec un client de Google est possible depuis n'importe quel serveur ouvert utilisant le protocole Jabber. Note : les blocages sont bien plus d'ordre concurrentiel que technique.